Coming Home

For those of you who still follow my blog, thank you!

I’ve come home from my adventure abroad and am spending the summer interning in North Carolina. I’ll be working on fixing this blog and adding photos and making it look prefect so pardon the mess while it’s under construction.

The blog posts from France are also featured on the Columbia Programs website. Feel free to ask me to translate anything in my blog posts, it’ll probably be good practice, but Google Translate seems to get the gist of it. That’s surprising, because I still don’t have words to describe my experience abroad which is probably why my last Paris blog post is taking so long. I’ll probably try to write that sometime this summer and probably write it in English.

Stay tuned for a reflection post on my semester in Paris and for a reflection post on my summer at Wells Fargo.

Looking forward to everything that’s coming!

Alejandra

 

Advertisements

En disant au revoir

J’ai beaucoup pensé ces dernières semaines au passage du temps. Il semble que nous sommes arrivés hier à Paris. Comme un rêve, il est passé rapidement. C’est ma dernière semaine à Paris. Entre les examens finals et les papiers finaux, le temps a disparu. Je viens d’avoir fini mon dernier examen.

Je vais écrire une réflexion quand j’arrive à la maison. Cet été, je vais faire un stage en Caroline du Nord et je sais que ce sera aussi une belle aventure. Mais, Paris est incomparable. Je n’ai pas de mots pour le décrire. J’espère que je les trouverai pour ma derrière réflexion.

Je ne sais pas ce qui me manquera le plus à Paris. Peut-être les croissants sans fin, le Seine ou entendre La vie en Rose dans le métro. Ma mère d’accueil et les amis que j’ai fait à Reid Hall me manqueront. Je vais manquer pouvoir marcher à travers l’Ile de la Cité et voir toute la ville de Paris.

Les souvenirs que j’ai faits ici me manqueront. Je vais manquer la boulangerie, les pâtissières, le vin et du fromage. Je suis ravi de rentrer à la maison, mais je sais que ce semestre est inoubliable.

Paris était une belle aventure. Mon français a amélioré, ou alors ma mère d’accueil et le TCF disent. J’ai (presque !) fini tous les musées. J’ai trouvé le meilleur chocolat chaud à Angelina’s, le meilleur crêpé à Montparnasse, la meilleure glace au Jardin des Tuileries. J’ai découvert que Paris est plus grand qu’il parait. Je ne suis pas encore parti et j’ai hâte d’y retourner.

Donc ce n’est pas un au revoir. Tout termine, mais Paris sera toujours là. Cette semaine n’est pas une fin mais le début des vacances d’été.

Je vais passer les prochains jours à Paris à faire ce que j’aime. Je vais marcher les grandes avenues, manger des crêpes, bronzer dans les parcs. Je vais faire du shopping pour ma famille et aussi pour mes amis. Je vais prendre beaucoup des photos. Je vais retourner au Louvre pour voir mes favoris tableaux.

Je ne peux pas imaginer un meilleur semestre à l’étranger. J’espère que vous vous êtes bien amusé de lire sur mes aventures aussi !

Delacroix

S’il y a un artiste français à connaître, c’est Eugène Delacroix. Largement connu pour avoir peint La Liberté guidant le peuple, la grandeur de Delacroix est indéniable. Si on ne le connaît pas, on est capable de reconnaître au moins La Liberté guidant le peuple comme la couverture de l’album Viva La Vida de Coldplay. Avant Paris, c’est comme ça que j’ai connu Delacroix.

Mais étant à Paris pendant le semestre m’a fait réaliser que Delacroix, à Paris, est plus que juste La Liberté guidant le peuple. Ici, et dans le monde de l’art, Delacroix est le principal phare du romantisme. Il était le premier à capturer l’émotion dans ses peintures.

On ne peut pas habiter à Paris sans savoir que Delacroix a fait pendant sa vie. Le Louvre expose en permanence les plus connus de ses tableaux et il y a un musée national Eugène Delacroix. Delacroix a une place permanente à Paris.

Quand j’ai vu les publicités de la nouvelle exposition du Louvre de Delacroix, je savais que je devais y aller. Le premier jour de l’exposition, je ne pouvais pas entrer parce qu’il y avait beaucoup de gens. Mais le deuxième jour, j’ai eu l’opportunité d’entrer. C’est quelque chose qu’on doit voir. C’est une exposition stupéfiante.

Là, on peut voir les œuvres les plus célèbres de Delacroix dans une seule salle. Le Louvre les a amenés de toute la France pour l’exposition. On peut voir ce qui l’a rendu célèbre, mais aussi l’évolution de son art.

Mon œuvre préféré est toujours La Liberté guidant le peuple. Dans le tableau, il a capturé l’esprit de la révolution. Il est facile de voir pourquoi Coldplay ont choisi d’utiliser ce tableau de Delacroix pour leur album. Le tableau a montré les événements qui sont passés pendant la révolution de 1830. La Liberté mène les français à la victoire. Elle était un personnage plus grand que nature. La Liberté guidant le peuple est la raison pour laquelle je suis allé à l’exposition mais ce n’est pas la raison pour laquelle je continue de revenir.

Delacroix, lui-même, est un personnage plus grand que nature. Son influence dans l’art est plus grand qu’on peut imaginer. Il était un homme de grand talent. Il a été un écrivant, un peintre, et un voyageur. Il a peint un monde différent de la réalité mais tenant sur les émotions humaines. Il est facile de comprendre pourquoi les français aiment Delacroix. Si vous vous trouvez au Louvre avant 23 juillet, vous devez voir l’homme du Louvre : Delacroix.

Mai 1968 et Mai 2018

Mai 2018 marque le 50e anniversaire de mai 1968. À Paris, le mois commence avec La Fête du Travail, un jour qui célèbre les droits des travailleurs. Les universités et beaucoup d’entreprises sont fermées pour respecter les droits des travailleurs.

Mai 2018, pour moi, a commencé avec une manifestation à Place des Fêtes. La fédération anarchiste était en train de commencer à mars quand je suis allée au marché. Ce n’est pas la seule fois que j’ai vu une manifestation à Paris. Les mois avant mai ont été marqués par les manifestations. Les plus connus sont ceux de Air France et SNCF qui ont affecté le système de transport.

Que mai 2018 commence par une protestation n’est pas vraiment surprenant. À Reid Hall, ce semestre, afin de célébrer l’héritage de mai 1968, nous avons fait des projets pendant le semestre pour apprendre tout sur un mois déterminant dans l’histoire de France. À la fin du semestre, nous aurons un symposium où tous les cours de Reid Hall vont présenter les projets qu’ils ont fait pendant le semestre. Mon cours de français a fait un fanzine, où on a interviewé les étudiants qui ont participé pendant mai 1968.

Mai 1968, nous avons vu, a commencé à cause des étudiants. Après, ils ont rejoint les travailleurs pour créer le mouvemente qu’a changé la France. Les manifestations ont marqué une grande partie de l’histoire de la France.

Maintenaient, les manifestations font partie de la vie politique. Au Nicaragua par exemple, il y a des étudiants qui prennent les universités pour protester contre leur gouvernement. À Paris, pendant le semestre, quand les universités ont été fermées, c’était à cause des étudiants.

Les manifestations de mai 2018 sont donc parties d’une grande tradition et partie d’un mouvemente en la France moderne. Les étudiants et les groupes de travailleurs protestaient le 1er mai. Mais il y a aussi des groupes « radicales » comme la fédération anarchiste. Mai 2018 marque un moment très important dans l’histoire mais c’est aussi un témoin d’un moment important en France aujourd’hui. C’est intéressant à voir (surtout en tant que je suis un étranger) comment se rencontrent le passé et le présent.

Roméo et Juliette

C’est l’histoire d’amour la plus connue à travers le monde. C’est l’histoire de deux amants croisés en étoile – séparés par des familles en conflit. L’histoire de Roméo et Juliette est l’un des seuls que je connais par cœur. Mais le voir comme un ballet m’a fait me demander si je connaissais vraiment l’histoire du tout.

À l’Opéra Bastille, du 06 avril au 04 mai 2018, la chorégraphe Sasha Waltz a re-imaginé l’histoire de Roméo et Juliette en forme de ballet. Sans le dialogue iconique de Shakespeare, on doit suivre la musique et les danseurs pour entendre l’histoire. Pour les 30 premières minutes du ballet, j’étais tellement captivée par les danseurs – je n’avais pas noté quels étaient les Capulets et quels étaient les Montagues.

La querelle qui rend l’histoire entre les deux amants tellement interdite n’est pas aussi évidente dans ce récit. Il était l’histoire de Roméo et Juliette et de ballet.

Mais le récit a été modernisé – la scène de balcon qui est bien connue ne se produit pas. Ce n’est pas à cause des contraintes de la scène, mais il est un choix narratif.

L’une des choses les plus intéressantes dans le ballet était le chant d’opéra. Je l’aurais dû attendre – nous étions à l’Opéra Bastille, mais il a changé effet global du ballet. Je ne pouvais pas comprendre ce qu’ils chantaient. Ils chantaient surtout des chansons de deuil.

Ma scène préférée était la scène de la salle de bal, où Romeo se faufile pour voir Juliette. Les deux sont rassemblés, même cachés derrière des masques. Autour d’eux, les danseurs dansent mais, ils ne notent pas l’action autour d’eux. Ils sont amoureux – et c’est tout ce qui compte. C’était l’une des seules scènes où tous les danseurs étaient sur scène, mais il peut être seulement Roméo et Juliette.

Que je n’ai jamais vu un ballet auparavant aurait pu avoir un effet sur ma réaction, mais je l’ai aimé. Je vais probablement aller au ballet quand je retournerai à New York.

Le Parc des Buttes-Chaumont

Ma mère d’accueil m’a dit qu’au premier signe du printemps (et quand le soleil est enfin sorti après l’hiver) je devais aller explorer le Parc des Buttes-Chaumont dans le 19éme arrondissement. Le parc est l’un des plus grands parcs publics de Paris. Pour moi, le parc est similaire à Morningside Park à New York. Les deux semblent sortir de la roche.

Le Parc des Buttes-Chaumont est parfait pour avoir un pique-nique. Il n’est pas aussi bondé que le jardin des Tuileries, où les touristes des musées errent sans direction. Le parc pour la plupart est visité par les habitants de Paris. Il n’apparaît pas sur le top dix des choses qu’on doit faire à Paris. À mon avis, si on a le temps et le soleil coopère, on doit avoir un pique-nique au Parc des Buttes-Chaumont.

Le vendredi, comme je n’ai pas de cours, j’ai invité mes amis à aller au parc avec moi. Nous sommes rencontrées avant la mairie du 19éme. Nous avons acheté du fromage, du jambon, du vin et des tomates au Franprix au coin de la rue. Nous avons acheté des croissants et des baguettes à la boulangerie par la mairie.

L’entrée là est devant le lac artificiel. Il y a une station du métro plus bas dans le parc mais, au sommet du parc, il y a le temple de la Sibylle. Du temple on peut voir le Sacré-Cœur de l’est. Ce point de vue est magnifique, parce qu’on peut presque tout voir le Sacré-Cœur. On peut également voir les banlieues du nord.

Nous nous sommes assis sous le pont menant au temple, à côté du lac, où nous avons mangé notre pique-nique. Après, nous avons pris un bain de soleil dans la lumière du soleil qui s’est estompé rapidement. Nous avons décidé d’explorer. Il y avait des enfants qui jouaient, des familles ayant leurs propres pique-niques, les jeunes qui jouaient de musique.

Attirés par le bruit de l’eau, nous sommes tombés sur la cascade cachée. C’est évidemment artificiel, mais il y a quelque chose calmante. Il n’y a aucun moyen qu’une cascade puisse exister à Paris, mais il est facile d’oublier ce fait quand on est debout devant la cascade.

Le parc est l’un de mes endroits préférés à Paris. Maintenant que le printemps est là, j’ai fait ma mission d’explorer tous les parcs de Paris.

Floraison au printemps

Je pense que je ne serai jamais capable de comprendre combien coûte quelque chose au marché. Ce n’est pas la faute de quelqu’un ; les chiffres en français sont durs de comprendre, notamment dans un marché en plein air le dimanche de Pâques.

Paris est plein des marchés en plein air. Ma mère d’accueil m’assure qu’ils sont plus charmants au printemps, quand le soleil est dehors. Mais ils sont enchanteurs de toute façon.

Je me réveille tous les dimanches pour aller au marché dans Place des Fêtes. Une marché est un mélange quelque part entre un « flea market » et un « farmer’s market.» Ils vendent tout, des vêtements aux étuis de téléphone, des sodas aux fruits, du poisson aux pâtisseries.

J’aime faire du shopping là parce que tout est frais. Les fruits sont doux et pas cher. Les légumes viennent d’être récoltés. Ils vendent même de la nourriture, comme la paella.

Chaque dimanche est une aventure. J’essaie toujours d’acheter quelque chose de nouveau même si je ne sais pas ce que c’est. J’erre sans direction et regarde toutes les cabines. J’essaie d’apprendre tous les mots français pour les fruits que j’ai mangés toujours. Je me promène parmi les Français et je me sens comme si je pouvais vivre ici. Je pourrais me réveiller tous les dimanches et vivre à Paris.

Puis quelqu’un me dit le coût quelque chose et je ne comprends pas et cette croyance que je peux vivre ici disparaît. Mon maintien fragile sur les chiffres français n’est pas aidé par le bruit du marché. Ma méthode consiste à comprendre seulement le premier chiffre et de donner un euro plus. Cela signifie que je vais quitter Paris avec beaucoup de pièces de monnaie cent, mais cela ne me dérange pas.

Même quand il pleut, tout le monde est au marché. Le dimanche de Pâques était une journée nuageuse, mais il y avait quelque chose différent. Répandre parmi ce qui avait toujours été là, il y avait des fleurs. Le 1 avril, pour moi, c’est le début du printemps. Ce jour-là marque le début du printemps à Paris. Les fleurs ont fleuri en toutes les couleurs. Le marché était submergé par l’énergie du printemps. Je ne peux pas attendre ce que le printemps apportera.